COMPTE RENDU CTPA

Publié le par BD FOLC 56

Déclaration Force Ouvrière au Comité Technique Paritaire académique du 18 janvier 2011

 

Monsieur le recteur,

 

Nous sommes ici porteurs d’un mandat clair. Ce mandat émane de nos structures syndicales du premier, second degré et supérieur mais plus largement aussi de la confédération Force ouvrière car nos adhérents salariés du privé comme du public sont directement concernés en tant que parents d’élèves par les atteintes gravissimes portées à l’école publique, les réformes destructrices et les suppressions de postes qu’elles génèrent dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques.

C’est une rentrée abominable, en effet que prépare le ministère de l’éducation nationale et que vous déclinez aujourd’hui localement. Dans le second degré, vous prévoyez 2300 élèves supplémentaires dans les établissements publics de l’académie, soit l’équivalent de 2  lycées ou de 5 collèges et au final vous supprimez 39 emplois d’enseignants ! Les chefs d’établissements sont particulièrement inquiets et ils l’ont fait savoir publiquement tout comme certains inspecteurs de l’éducation nationale ce qui montre, s’il en était besoin, la gravité de la situation.

Dans le premier degré, vous annoncez une légère baisse de 330 élèves, liée à une politique qui vise à réduire brutalement le droit d’accès à la maternelle   et vous retirez 75 emplois. En 10 ans dans l’académie ce sont pratiquement la moitié des enfants de moins de 3 ans qui ne sont plus scolarisés. Dans les Côtes d’Armor par exemple, cela pourrait se traduire notamment par la fermeture de 25 classes, le retrait de 8 postes de remplaçants, la suppression de 2.25 moyens équivalent temps plein pour les TICE.

Notre mandat est clair: Nous demandons l’abandon des 134 suppressions de postes prévues pour les enseignants et les administratifs de notre académie   .

Nous demandons l’abandon de la réforme des STI : Cette réforme est l’inverse du maintien et du renforcement de la voie technologique comme notre délégation de 13 collègues de l’académie a pu l’expliquer à vos représentants le 15 décembre dernier. La réduction de 24 spécialités à 4 affaiblit inévitablement la formation des élèves.  Elle est par contre l’anticipation de ce qui peut se produire dans toutes les disciplines. Cette réforme vise essentiellement à économiser des postes, introduire la polyvalence disciplinaire, s’attaquer au statut, reconvertir des centaines d’enseignants.  Nos collègues de STI et de physiques appliquées sont légitimement inquiets et en colère. Nous faisons notre la déclaration nationale intersyndicale qui demande que cette réforme ne soit pas appliquée à la rentrée et la remise à plat de l’ensemble du dossier.

Nous demandons le maintien de tous les CIO, maintien et respect du statut et des missions des Conseillers d’Orientation Scolaire, non à la labellisation des CIO. Monsieur le recteur, les COP et les administratifs du CIO Rennes Sud, que nous avons rencontrés lundi 10 janvier, ceux de Saint Malo ou de Redon dont les locaux seront fermés le 31 aout prochain entendent savoir quelle lieu le recteur de Rennes va trouver pour qu’ils continuent d’exercer leur mission dans le cadre de l’éducation nationale.

Nous demandons le maintien du CNED de Rennes, de son statut juridique et de tous ses postes.

Nous demandons l’abandon du dispositif « Collèges et lycées pour l’Ambition l’Innovation et la Réussite »qui fait exploser le statut en permettant notamment aux chefs d’établissement de recruter directement leurs enseignants. Là encore, nous faisons notre la demande intersyndicale nationale qui exige le retrait de la circulaire du 7 juillet 2010. Nous avons rencontré des collègues du collège Surcouf de Saint Malo et nous avons été destinataires d’une pétition des personnels du collège le Coutaller qui refusent ce dispositif et qui demandent le maintien de toutes leurs garanties statutaires.

Nous demandons l’abandon de la masterisation, retour à un service de 6 à 8 heures pour les stagiaires et dans l’immédiat décharge à hauteur d’un mi temps pour nos collègues.  

Le rapport Reiss et le rapport Tabarot sur les rythmes scolaires annoncent la volonté politique de mise sous tutelle de l’école publique et du transfert des personnels enseignants aux collectivités territoriales. Nous ne l’acceptons pas et demandons le respect des statuts de fonctionnaires d’Etat.

Nous demandons la garantie d’emploi dans un premier temps puis un plan d’intégration dans la fonction publique pour tous  les non titulaires traités aujourd’hui comme des variables d’ajustement par le ministère.

 

Monsieur le recteur, les personnels attendent des réponses et des garanties, je pense notamment dans l’immédiat aux collègues de STI, de Physiques appliquées, aux stagiaires et aux conseillers d’orientation psychologues. Nous serons donc particulièrement attentifs à vos réponses.

Publié dans Académie et CAPA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article