Le modèle américain appliqué à la France

Publié le par BD FOLC 56

 Not for Profit,

 Pourquoi la démocratie a besoin des humanités….

 Pourquoi la démocratie  a besoin des Sciences économiques et sociales.

  

 Si je reprends le titre  et le sous-titre de l’ouvrage que Martha Nussbaum (1),  philosophe américaine, vient de publier, c’est qu’en écoutant la  chronique  de Julie Clarini  ce matin à la radio, j’ai été frappée par la concordance des propos de cette philosophe, critiquant la réforme du système éducatif américain, avec ce qui  se joue actuellement avec la réforme des lycées en France.

  

 Professeur de sciences économiques et sociales depuis plus de 20 ans  j’ai choisi d’enseigner cette discipline parce ce qui me paraît essentiel c’est de former des individus démocratiques. Or, être un animal démocratique ça ne s’invente pas, ça suppose un certain nombre de compétences : l’indépendance d’esprit, le sens critique, la volonté de s’informer afin de former son opinion, etc…c’est ce que visent les SES.

  

  Julie Clarini  disait donc ce matin que pour Martha Nussbaum  il y a deux modèles-types d’éducation : le modèle tourné vers le profit et la croissance, et l’autre tourné vers la démocratie.

 Ça m’a bien entendu rappelé les propos du ministre Xavier Darcos qui  avait estimé en 2007 dans Paris Match que la filière ES, “sans débouché évident”, attirait “beaucoup d’élèves qui occupent ensuite de grands amphis mais se retrouvent avec des diplômes de droit, psychologie, sociologie… sans toujours un emploi à la clé”….Par ces temps de concurrence, il faudrait privilégier les filières efficaces, adaptées, professionnelles, ce serait aller à l’essentiel, vers la compétitivé, le profit , la croissance…

  

 C’est cette idéologie de fond qui soutient la réforme des lycées. Je ne reparlerai pas des pertes d’heures de cours  dont l’objectif est clairement la suppression des postes mais des changements de programme et je ne prendrai qu’un exemple. Le nouveau programme (2) de sciences économiques et sociales en première  élimine l’étude de la notion de « classes sociales » au profit de  celle  de la notion de « réseaux sociaux » et l’"Inégalité" disparaît au profit de la "discrimination ». Les approches en terme de réseaux, au-delà de l’apparente « neutralité » visent à éliminer de la sociologie des “vieilles” notions de “catégories”, de “groupes”, de “classes” qui sont  présentées comme valables pour les anciennes sociétés à statut et  ne conviendraient plus à des sociétés ouvertes, mouvantes (libérales) dans lesquelles le “hasard” jouerait un rôle prépondérant.

 

 

 En effet, les crises et révolutions qui secouent le monde actuellement ne seraient, sans doute, plus compréhensibles en terme  de conflits de classes  et d’inégalités !

 

Les atteintes tant par les suppressions d’heures que par le changement de  programme de la filière ES est un recul pour la démocratie ! « Not for profit » ! La démocratie a besoin des humanités…. la démocratie  a besoin des Sciences économiques et sociales. Un peu prétentieux ? Sûrement et tant mieux car je crois en l’utilité de  ma discipline et je voudrais que ça dure !

Publié dans Prises de position

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article